La mort de Michel Butor m’attriste terriblement, mais c'est en réalité bien plus que la simple tristesse d’un être aimé, car c'est le premier qui a vraiment reconnu mon travail de sculpteur et il a été socle de mon travail!
C’est le premier qui a accepté de travailler avec un jeune petit sculpteur inconnu alors qu’il était déjà au sommet.
Sa bonté, sa générosité d’âme, sa grandeur, sa culture inépuisable, nous manquera plus qu’on ne l’imagine.
Je regrette tant de ne pas l'avoir remercié pour les beaux textes qu'il a écrit pour notre sculpture. Quand j’ai reçu ces nouveaux textes c’était un rajeunissement pour moi, un rappel de notre travail commun qui a débuté en 1978. L’année où nous avons réalisé ensemble la médaille à son effigie pour la monnaie de Paris. Il avait déjà écrit des textes pour ce premier travail en commun. Après ce fut une série de cartes postales, puis un projet de sculpture , en collaboration avec un peintre Jean Louis Filoche et un compositeur, Jean-Yves Bosseur. Aujourd’hui nous étions en train d’aboutir une nouvelle sculpture en commun. Un voyageur poétique symbolisant le portrait de Michel Butor avançant aujourd’hui sur le chemin d la poésie.
Hélas je vais continuer ce travail que nous avons élaboré ensemble, sans qu’il ne voit jamais cette sculpture.
Je regrette de ne pas l'avoir attendu plus longtemps après sa conférence sur Paris quand nous avions prévu de parler ensemble du projet.
J’ai cru le revoir très vite et puis la vie en a choisi autrement.
Son départ est une nouvelle révélation pour moi!
Je comprends mieux tous mes échecs et aujourd'hui, Il faut donner plus aux autres pour avancer. Il faut être toujours enthousiaste des nouveaux venus dans l'art quel qu'ils soient. Il faut apprécier l'art sous toutes ses formes. Il faut accepter que l'art n'est que le reflet de la vie et que c'est la raison première qui doit toujours nous pousser le défendre.
L'art c'est la vie.
Quand la vie s'arrête l'art disparaît!
On dit souvent que l'eau est la vie et je crois que de plus en plus l'art en est le reflet.
Toute forme d'art doit être défendue!
Le respect que m'a offert Michel Butor est un cadeau inestimable.
Le respect que Sartre, Becket, Georges Perec , Jean Ricardou, m’ont offert sont des cadeaux inestimables, mais le respect que tous les amateurs d'art donnent aux artistes sont les plus beaux cadeaux de la vie.
Il faut créer tous les jours des oeuvres pour que le pouvoir de la pensée garde ses droits.